Le CNRS  SHS  Autres sites CNRS  English

Institut d’histoire du temps présent - IHTP

 
 
 

 Accueil du site > Activités de l’IHTP > Séminaires - Ateliers > Séminaire de recherche : Figures contemporaines de l’épistémologie de l’histoire.


Figures contemporaines de l’épistémologie de l’histoire

 

« Le métier d’historien aujourd’hui en regard de la réflexion de Marc Bloch » : pourquoi avoir choisi de mettre en résonance les préoccupations historiennes contemporaines avec la pratique et les propositions de Bloch ? Marc Bloch épistémologue sonne faux aux oreilles de nombreux historiens, mais seulement si on réduit l’épistémologie à un discours « méta » sur l’histoire et l’histoire elle-même à « la routine érudite » et à « l’empirisme déguisé en sens commun » que Bloch considérait déjà comme « les poisons les plus dangereux » pour les historiens de son époque. La sempiternelle opposition des pratiques et de la théorie ne peut servir indéfiniment de paravent pour continuer à ignorer que la discipline est largement entrée dans un moment réflexif sur ses pratiques, ses références théoriques et – de manière plus « dramatique » ces derniers temps en France – sur sa légitimité sociale. C’est bien dans l’espace ouvert par Apologie pour l’histoire que nous – historiens – nous tenons aujourd’hui : un espace de questionnement et de problèmes marqué par la tension entre le vrai et le juste et dont l’enjeu principal est la légitimité de notre discipline. Dans quelle mesure l’histoire continue-t-elle à ouvrir aux hommes « une route […] vers le vrai et, par la suite, le juste » ?

L’utilité de l’histoire ne peut découler que de sa « légitimité proprement intellectuelle » nous explique Bloch : « pour agir raisonnablement, ne faut-il pas d’abord comprendre ? », écrit-il. Le principe vaut pour les historiens eux-mêmes, c’est bien le sens du « faire de l’histoire » aujourd’hui qu’il nous faut en premier lieu interroger. Comprendre le métier d’historien aujourd’hui en regard de Bloch implique pour nous non seulement de questionner les inflexions épistémologiques (comme la réflexion renouvelée sur la question de la preuve) mais également d’analyser, dans une perspective plus sociologique, les conditions nouvelles de l’exercice du métier et de la diffusion des travaux historiens ainsi que la place et le rôle de la « communauté » des historiens dans la cité. Ce séminaire, qui se prolongera en 2007-2008 et débouchera en 2009 sur l’organisation d’un colloque international, a l’ambition de contribuer à cette compréhension participante du métier d’historien d’aujourd’hui.

Vers le site du réseau historiographie


- Pour trois ans, le séminaire devient ANR HISTINERAIRES, consacré aux mémoires présentés par les historiens pour leur Habilitation à la recherche.

Histoire culturelle du cinéma, table des matières 2013-14Le carnet réseau historiographie et épistémologie de l’histoire


Histoire culturelle du cinéma, table des matières 2013-14Le programme 2015-2016 : Séminaire « L’écriture de soi des historiens »


Histoire culturelle du cinéma, table des matières 2013-14Le programme 2014-2015 : Séminaire « L’écriture de soi des historiens »
Histoire culturelle du cinéma, table des matières 2013-14Le programme 2013-2014 : Séminaire « L’écriture de soi des historiens  »
Le programme 2012-2013 Histoire culturelle du cinéma, table des matières 2013-14Lire
Le programme 2011-2012 Histoire culturelle du cinéma, table des matières 2013-14Lire
Le programme 2010-2011 Histoire culturelle du cinéma, table des matières 2013-14Lire





 

Séminaire Histinéraires 2013-14 - 80.5 ko


Histinéraires 2014-15 - 145.7 ko


Histinéraires programme 2015-2016 - 43.2 ko

 

 


 

 

CNRS
Annuaire
Rechercher
Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Mentions légales
Crédits
RSS
Essai podcast