Vous êtes ici

L'INSTITUT D'HISTOIRE DU TEMPS PRÉSENT

L'INSTITUT D'HISTOIRE DU TEMPS PRÉSENT

L’Institut d’histoire du temps présent a été fondé en 1978 et inauguré en 1980 par François Bédarida, qui l’a dirigé jusqu’en décembre 1990.

Lui ont succédé:

Robert Frank, professeur d’histoire des relations internationales à Paris 1 (1990-1994)

Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS (1994-2005)

Fabrice d’Almeida (2006-2008), maître de conférences à l'université Paris X, puis professeur à l'université Paris II, avec Christian Ingrao, chargé de recherche au CNRS, directeur adjoint

Christian Ingrao, chargé de recherche au CNRS, directeur (2008-2013), avec Anne Kerlan, chargée de recherche au CNRS, directrice adjointe (2012-2013)

Christian Delage, professeur à l’université Paris 8 (depuis 2014).

Son histoire s’inscrit dans un double contexte: l’anamnèse collective qui a vu le réveil d’une mémoire européenne et internationale de la Seconde Guerre mondiale et des grands traumatismes du XXe siècle, et l’émergence concomitante d’une nouvelle historiographie du contemporain, entendu dans son sens étymologique, qui a conquis une légitimité pleine et entière dans le champ scientifique.

L’IHTP est pour une part l’héritier du Comité d’histoire de la Deuxième guerre mondiale (CHGM), créé en 1951, rattaché à la Présidence du Conseil, et dont les premières bases datent de 1944, lorsque le Gouvernement provisoire du général de Gaulle crée une Commission sur l’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France (CHOLF) afin de réunir au plus près de l’événement des fonds documentaires et des témoignages. Dirigé par Henry Michel, le CHGM a joué un rôle important dans l’émergence d’une historiographie précoce sur la Résistance, la France occupée, le conflit militaire à l’échelle mondiale. Il a notamment créé, dans les années soixante, le Comité international d’histoire de la Deuxième guerre mondiale.

En 1978, le Comité a été intégré à l’IHTP, un nouveau laboratoire propre du CNRS qui a hérité de sa bibliothèque et de ses archives. La promulgation de la loi de 1979, réduisant les délais d’accès aux archives publiques, et surtout le développement des recherches sur l’histoire récente, ont entraîné la création d’un nouvel organisme auquel on a assigné d’autres missions. L’IHTP a ainsi développé et étendu l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale et a contribué à ouvrir de nombreux chantiers sur l’histoire récente du XXe et du XXIe siècle: l’histoire comparée des deux conflits mondiaux, les guerres coloniales et la décolonisation, les nouveaux systèmes politiques totalitaires (fascisme, nazisme, communisme), la mémoire collective, le droit et de la justice, etc.

L’investissement sur la dimension tragique du XXe siècle a développé parmi les chercheurs de l’IHTP et de son environnement proche une sensibilité particulière au poids de l’événement traumatique, à la confrontation avec le témoin, à l’analyse de la mémoire collective et des usages ou politiques du passé, à l’importance de l’image comme source majeure de représentation du temps contemporain, aux rapports avec la demande sociale et l’espace public, autant de questions au cœur de la pratique des historiens d’aujourd’hui.

Depuis le 1er janvier 2016, l’IHTP est devenu une Unité Mixte de Recherche associant le CNRS et l’université Paris 8. Aux chercheurs CNRS et enseignants-chercheurs de Paris 8 qui constituent l’équipe permanente, s’ajoutent des ingénieurs de recherche, une gestionnaire, des chercheurs associés, des doctorants, des post-doctorants, des chercheurs invités, en tout une cinquantaine de personnes. L’IHTP a également la particularité d’avoir une cinquantaine de correspondants départementaux, pour la plupart enseignants certifiés et agrégés, qui sont impliqués tous les trois/quatre ans dans un programme de recherche, l’organisation d'un colloque terminal et une publication aux presses du CNRS.

À l'automne 2019, l’IHTP rejoindra le campus Condorcet, à Aubervilliers.
 


LA CRÉATION DE l’IHTP

D'après Henry Rousso, « ce texte de sept pages a préalablement été rédigé par François Bédarida, le futur directeur, avec l’aide de l’économiste Edmond Lisle, alors directeur scientifique du département des sciences humaines et sociales du CNRS, dans le courant de l'année 1977. Il a servi de base à deux réunions tenues la même année à l’Hôtel Matignon » (La Dernière Catastrophe. l’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, NRF Essais, 2012, p. 314).
 


LE DÉBAT INTERNE À L’IHTP SUR LE TEMPS PRÉSENT

(Pieter Lagrou, "Actualité du temps présent")

(Henry Rousso, "L'histoire du temps présent, 20 ans après")

Patrick Garcia (2003): « Essor et enjeux de l’histoire du temps présent au CNRS »

Pieter Lagrou (2013): « De l'histoire du temps présent à l’histoire des autres »
 


LES PROGRAMMES DE RECHERCHE EN COURS

Accueillir les étrangers en France (1965-1983)

Attentats du 13 novembre 2015: des vies plus jamais ordinaires

Histinéraires

1979, crises et migrations de l’espérance: enquête historique sur un «tournant»

Recherche et formation contre le racisme et l’antisémitisme