Vous êtes ici

Le récit de vie sous la caméra de William Dieterle entre 1931 et 1942

Le récit de vie sous la caméra de William Dieterle entre 1931 et 1942

William Dieterle (1893-1972), réalisateur allemand qui émigre aux Etats-Unis en 1930, est considéré avec The Story of Louis Pasteur (1936) ou encore de The Life of Emile Zola (1937) comme l’un des précurseurs de ce genre nouveau, que l’on nommera a posteriori le biopic. La forme de son écriture, la composition des scènes, l’influence exercée par l’industrie cinématographique, croisent un contexte artistique, culturel et politique, dont les rapports interrogent la singularité de ses films dans l’évolution du genre.

Entre 1931 et 1942, le cinéaste travaille la biographie filmée comme support artistique pour laisser voir et faire entendre un engagement politique fort, tout comme faire passer les valeurs de la démocratie, de la science, de l’engagement intellectuel, voire de la libre entreprise. C’est par les pierres des grandes histoires européennes que se construit l’édifice de la politique de prestige des studios et la Warner par exemple, bénéficie du tempérament d’européens engagés contre les dictatures qui sévissent sur le vieux continent. Dans le cas si représentatif de William Dieterle, il faut tenir compte de l'exil des Européens en Californie, au premier chef des germaniques, et des studios qui s'intéressent aux biographies européennes en raison de leurs résonances idéologiques. Ces récits réfléchissent aux représentants de ces idéaux et traduisent la contemporanéité du XXe siècle.

Ainsi, partant du choix d’un cinéaste relativement méconnu (Hervé Dumont le qualifie de « cinéaste (…) le plus sous-estimé des réalisateurs germanophones », In : William Dieterle, un humaniste au pays du cinéma, CNRS éditions, Cinémathèque française, 2002), mais néanmoins appartenant à la grande histoire de l’exil des artistes germaniques dans les années 1930, qui contribuèrent à l’essor du cinéma d’Hollywood, la recherche permettra d’en déterminer le statut. Par le choix d’un corpus de neuf films proposant un récit de type biographique, l’analyse aura pour objectif de préciser l’émergence d’un genre que l’on a appelé biopic tout en interrogeant la conformité du corpus à cette dénomination.