Vous êtes ici

Figure de l’artiste au travail ou la pensée en acte. Les films de Constantin Brancusi

Figure de l’artiste au travail ou la pensée en acte. Les films de Constantin Brancusi

Dans les films de Constantin Brancusi se manifeste, de façon presque spontanée, une attention descriptive que les propriétés documentaires des films mettent à jour et dont il est possible de trouver le prolongement dans les films processuels des années 1970, notamment dans l’oeuvre de Gordon Matta-Clark. Si l’idée de témoignage est primordiale dans la conception de ces films, ils semblent pourtant hésiter entre leur statut de documents, contraints à un certain didactisme, et leur disposition à générer des formes esthétiques à partir du vocabulaire plastique de l’oeuvre filmée, dépassant ainsi l’ambition documentaire inhérente aux films sur l’art. Dans cette dialectique, la figure de l’artiste au travail, loin d’être un simple motif iconographique, offre un regard sur l’oeuvre non plus dans sa finalité mais dans son déroulement, une pensée en acte.